Et si on vous parlait de l’histoire la Jordan XI…

Pour la neuvième fois de l’histoire de la ligne, c’est Tinker Hatfield qui dirige la conception de la Air Jordan XI ou Air Jordan 11, tandis que Michael Jordan est encore dans sa carrière de joueur de baseball. Elle est donc la première sneaker de la ligne présentée après le retour de MJ sur les parquets de NBA. Au début du printemps 1995, avec trois mots, « I’m back », His Airness annonce officiellement son retour au sein de Chicago Bulls au bilan sportif médiocre, et dont la participation en playoffs est loin d’être assurée. Michael Jordan porte les Air Jordan X jusqu’en phase finale. Lors du match 1 de la demi-finale de la Conférence Est, il chausse des Air Jordan XI Concord parées du numéro 45 que Jordan se présente sur le parquet du Orlando Magic, franchise de la star montante Shaquille O’Neal. Leader et donc principal rival de Nike, Reebok a fait du Shaq’ son étendard. Jordan écope par ailleurs d’une amende pour non respect du code couleur de la tenue des Chicago Bulls lors de ce match. Encore à l’état de prototype, ces Concord et leur cuir verni déclenchent immédiatement un énorme engouement auprès des fans et des sneaker heads. Aujourd’hui encore, il se dit que Jordan les aurait portées à l’insu de Nike, ce qui semble peu probable vu ce contexte.

Cas particulier dans l’histoire de la ligne, la release de la XI se fait de manière anticipée; à l’exception des IX (non-portée en match officiel, MJ étant alors dans sa première retraite) et X (mise en vente avant l’annonce de son retour), depuis la première en 1985, toutes les nouvelles Air Jordan sortaient jusque là en début d’année, aux alentours du mois de février. En novembre 1995, six mois après leur première apparition, la release de la Air Jordan XI Concord provoque une quasi-frénésie chez un public impatient et bouillonnant, bien mis en condition par la campagne promotionnelle.

Par leur concept, les publicités TV de la Air Jordan XI étaient plus minimalistes que les précédentes, dépouillées de dialogues. Ces spots montraient Michael Jordan dans un gymnase en face d’un panier d’une hauteur démesurée. Il marque un slam dunk, se bloque, puis, regardant la trentaine de mètres qui le sépare du sol, se tourne vers la caméra avec une expression d’inquiétude.

Il est à noter que MJ porte des Air Jordan XI dans le film Space Jam, sorti en salle en 1996. Ces sneakers, qui prendront le nom du film plus tard, n’étaient pas au programme de la GR. Les Air Jordan XI « Space Jam » seront finalement proposées au public en 2000.

Après la défaite en demi-finale de la Conférence Est de la saison précédente, pendant laquelle il avait étrenné les Air Jordan XI, Michael Jordan se remet dans un régime d’entraînement rigoureux. Dennis Rodman rejoint la franchise. Les Chicago Bulls terminent la saison régulière avec 72 victoires pour seulement 10 défaites, bilan qui constitue encore à ce jour le record de la NBA. Les Chicago Bulls poursuivent sur leur lancée en playoffs, ne perdant que trois matchs en quatre tours. L’ultime match de la finale qui voit les Chicago Bulls remporter le titre NBA, se joue le jour de la fête des pères. Avec la disparition de son père peu auparavant, Jordan est très ému après la victoire. Une scène d’après match filmée est d’ailleurs restée dans les mémoires : MJ, allongé sur le sol des vestiaires et tenant le ballon du match, en sanglots.

Lors de la saison 1995-1996, avec ses Air Jordan XI, Michael Jordan étoffe son palmarès de manière impressionnante : Champion NBA, triple MVP All-Star Game – saison – finale (il est seulement le deuxième joueur à réaliser cette performance, après Willis Reed), meilleur marqueur de la saison, All-NBA first team, NBA All-defensive first team, pour ne citer que les principaux. Son quatrième titre de MVP de la saison régulière lui permet de dépasser Magic Johnson (trois), et de rejoindre Wilt Chamberlain.

En s’inspirant entre-autre d’une tondeuse à gazon, Tinker Hatfield, le designer référence de la marque au swoosh, voulait donner un look de cabriolet à la Air Jordan XI. Afin de se rapprocher de l’aspect d’une carrosserie, il utilise le patent leather (cuir verni), matériau encore jamais vu sur une chaussure de sport. Cette sneaker marque le retour du transparent rubber, plus vu dans la ligne depuis la Air Jordan VI. La Air Jordan XI possède un stretch résistant sur la tige. Dans le but d’améliorer sa rigidité, sans impacter sa légèreté, la chaussure introduit une plaque de fibre de carbone sur un midsole recouvert de polymère supérieur

La Air Jordan XI ressort en l’an 2000. Jusqu’à présent, les précédentes releases retro de Jordan Brand n’avaient pas eu les résultats attendus. Avec la « Space Jam », proposée pour la première fois, mais surtout la « Concord », ces sorties se révèlent être de vrais succès commerciaux. La mise sur le marché de la seconde s’est deroulée de maniere tendue aux Etats-Unis.

En 2001 les colorways OG « Columbia » et « Bred » connaissent à leur tour une retro. Le premier pack 2 en 1 de Jordan Brand sort en 2006. Ce Defining Moments Pack (DMP) est composé d’une Air Jordan XI au colorway proche de la Concord (elle est facilement différentiable : le Jumpman est doré plutôt que noir), accompagnée d’une Air Jordan VI.

Sortie en decembre 2011, la Jordan XI Concord s’est parfois accompagnée d’émeutes aux États-Unis, tant la sneaker y est populaire.

Fermement attendue par les fans et les sneaker heads, la Air Jordan XI « Bred » (Black/True Red-White)  ressort en 2008, la sneaker dans sa version « Bred » est proposée en diffusion limitée : le Countdown Pack (pack 2 en 1 comprenant également la Air Jordan XII « Taxi »). Ce colorway « Bred » semble etre apprécié de tous, sa dernière mise sur le marché date de decembre 2012…….

S.A

BackToTop
Sneakers Culture by ILL - 2018 - Tous droits réservés - ML -