Band of Brothers Part 20

Dans la rubrique Band of Brothers nous donnons la parole à des amateurs de sneakers, pour ce vingtième interview express, Vianney a des choses à vous dire…

Bonjour, Vianney présente toi en quelques mots ?
Bonjour, Vianney né en 86 dans le Hainaut en Belgique dans un petit quartier avant de monter sur la capitale. Hormis les baskets j’aime le fixie, la photo, les voyages…

Par quel biais es-tu venu à la sneaker (le sport, la curiosité du moment…) ?
J’aimais les baskets avant même d’avoir une paire de marque aux pieds, les grands du quartier se baladaient en UpTempo, Huarache… moi je portais à l’époque des L.A Gear avec lumière qui clignotait, j’en étais fier quand même. J’ai ensuite eu quelques paires de running sans grande importance des Adidas etc… Ensuite j’ai eu mon premier taff à 16 ans, mon premier petit salaire et j’ai suivi la mode du moment. J’achetais chaque mois une ou deux paires de TN et ou Air Max BW (tout a commencé de là), je regrette d’avoir tout jeté à l’époque quand je vois certaine côte ou des mythes comme la TN Bordeaux ou la Tigre OG.
Une de mes BW que j’ai vraiment beaucoup aimé est la Caméléon impossible à  retrouver Deadstock et à  ma size. La musique et le cinéma y sont pour beaucoup aussi, tels Run Dmc ou retour vers le futur…

Te souviens-tu de ta première paire?
Vers 8-9 ans ma maman m’a inscrit au Basket Ball, ou j’ai eu ENFIN ma première paire de basket de marque, une Air Challenge LWP black/turquoise, ma première paire à 1000 francs, je dormais et la paire était sur ma table de nuit pour la voir chaque matin en me réveillant… J’avais trop envie de la mettre pour allez à l’école, mais maman ne voulait pas pour ne pas les abîmer.

Tu sembles brandir comme un trophée la AF1 Supreme, as-tu une histoire particulière avec cette paire ?
J’ai brandi cette AF1 non pas pour le Supreme (quoi que… j’en parlerai après), j’aurais pu brandir une Stash ou une Brooklyn, mais j’ai préféré sortir une paire DS, car pour moi la AF1 c’est LA paire de kicks, l’Air Force One c’est la base le plus beau modèle toutes catégories confondues chez Nike en tout cas, ma première paire était une withe/withe, les potes de mon quartier me prenait pour un ovni. Les couleurs, les matériaux sont toujours en évolution sur ce mythe. Me faire une bespoke au 21 Mercer Street, ça reste un graal et une consécration. Mais j’avoue que cette collaboration avec Supreme je l’attendais avec impatience, je n’ai pas eu la chance de la choper directement à la release. Rares sont les collaborations avec Supreme ratées que ce soit avec Nike ou Vans ou quoi que ce soit ! C’est toujours propre.

Tu es photographe et amateur de sneaker, y-a t-il une façon particulière de les shooter pour les mettre en valeur ? Ton travail est-il influencé par cet univers ?
Mon travail est influencé par la rue en général, faire des portraits ne m’intéresse pas. Il y a tellement plus d’inspiration, de couleurs différentes, de petites choses que les gens ne voient pas… Si les sneakers sont liées à la rue alors oui je suis influencé par cet univers. Je photographie mes kicks DS à la sortie de la boite en général et en studio, pour le moment je laisse un peu les shoots de kicks de coté car je n’achète plus ou presque rien en kicks… Plus rien ne m’intéresse des masses (voir plus bas).

Es-tu un collectionneur ou un passionné ?
Si acheter tout ce qui passe pour dire de l’avoir alors oui avant j’étais collectionneur. Après autant d’années je suis devenu plutôt passionné le jeu du qui a la plus grosse c’est plus pour moi depuis un bail. Je suis arrivé à un age ou j’ai pu prendre du recul et me dire qu’il y a bien plus intéressant que tout ça dans la vie. Maintenant j’achète des paires qui me plaisent que je sais que je vais porter, user, trouer… J’ai encore quelques paires DS mais ça attendra encore quelques mois. J’aime encore de temps en temps aller devant un shop quelques heures avant l’ouverture pour avoir la paire qui sort le jour et passer un peu de bon temps avec les amis devant les portes du magasin. De plus au prix hallucinant que coûtent les paires à l’heure actuelle comme  les Jordan qui sont clairement de qualité médiocre et scandaleuse, je préfère largement laisser ça aux autres, à ce prix là  je peux trouver des paires plus anciennes et surtout de meilleure qualité. La vie de famille joue beaucoup là dessus aussi.

Et si on parlait de recel… Penses-tu qu’il permet quelquefois de mettre la main sur des paires impossibles à avoir chez les distributeurs ou en boutiques ? ou le consideres- tu comme néfaste ?

Comme je disais avec le recul je m’en fous un peu de leurs délires, si les receleurs n’ont que ça à faire dormir dehors pour gagner 30 ou 50€ c’est leur problème, ça me fait de la peine en fait. Après il y a aussi des receleurs qui vendent à des prix sympas sur qui je pourrais me retourner, s’il me faut absolument la paire. Néfaste, je ne sais pas, si quelqu’un veut une paire et qu’il faut camper devant un shop pour l’avoir qu’il soit là avant eux et il aura sa paire. Avoir de bons contacts dans le milieu est une bonne chose aussi. Après les receleurs qui vendent des graals et que certains les recherchent absolument et n’ont pas d’autres possibilités d’acquérir la paire, alors pourquoi pas.

Le mot de la fin ?
Si vous attendez une paire n’hésitez pas avant de regretter et portez la ! Essayez de vous ouvrir à tout ne vous attardez pas sur une marque, il y a parfois tellement mieux chez la concurrence… Ne Suivez pas les gens, restez vous-même.

Crédit photos: Babylon

S.A

BackToTop
Sneakers Culture by ILL - 2018 - Tous droits réservés - ML -