Band of Brothers Part 58

Dans la rubrique Band of Brothers nous donnons la parole à des amateurs de sneakers, pour cette cinquante huitième interview express, Brasco a des choses à vous dire…

Bonjour Brasco, présente-toi en quelques mots.
Donc je m’appelle Brasco et j’habite Anvers en Belgique. Je bosse dans les réseaux sociaux. En gros je gère les différentes pages facebook et twitter de l’entreprise ou je travaille. En dehors des sneakers, ma drogue c’est l’encre et les snapback vintages.

Par quel biais es-tu venu à la sneaker (le sport, la curiosité du moment…)
Comme beaucoup je crois que c’est par le sport que je suis rentre dans le monde des sneakers. J’ai vu des images de Jordan quand j’avais 9 ans et j’ai trop aimé les chaussures qu’il avait aux pieds. La Jordan 3 fût la première paire que j’ai vu et elle m’as trop fait flipper. Après il y avait les grands du quartier qui avait aux pieds des air Max 1 et autres et voila quoi, on a vu, on est tombé amoureux. Après ça j’ai toujours aimé les sneakers que ce soit baskets ou running ou autres. Au début c’était pas facile pour un gamin de 12 ans d’avoir des paires mais quand on veut, on trouve moyen de se faire plaisir.

Tu sembles brandir comme un trophée une Converse All Star Chuck Taylor As-tu une histoire particulière avec cette paire ? Pourquoi ce choix? Qu’apprécies-tu dans ce modèle ?
Entre moi et la Chuck Taylor c’est une histoire d’amour sans fin. Cette paire c’est toute une culture que ce soit sportif ou autre. En tant que Latino la Chuck Taylor c’est la paire par excellence suivi de la Nike Cortez. On dira que c’est mon côté Cali qui fait que cette paire j’en ai toujours au moins 2 ou 3 chez moi. De plus cette paire la c’est la Base de tout. Beaucoup disent que la AF1 et la running sont la base mais faut pas oublier que pendant les années 50 et 60 et 70 en NBA, ça jouait en All Star. Beaucoup de sports aux Etats-Unis se pratiquaient en All Star à cette époque. C’est une paire qui est faite pour tout les styles de vie. De plus elle est comfortable et facile à porter et passe avec un short, chino et jeans.

Te souviens-tu de ta première paire?
Pas exactement. Ca devait être une Cons en fin des années 80 quand j’ai commencé à jouer aux basket. Mais quel modèle exactement je serais plus trop. Par contre je me souviens de la première paire que j’ai acheté moi même. La Air Force Max en 92. Je me sentais trop fort cette saison la sur le terrain. J’avais vu la paire en vacances au Portugal et me souvenez de les avoir vu au pieds de Charles Barkley et je la voulais vraiment. J’ai directement dépensé les seules sous que j’avais. Mais les souvenirs que j’ai de cette paire me font encore rêver.

Es-tu un collectionneur ou un passionné ?
Un mélange des deux. On ne sait pas être collectionneur si il n’y a pas de passion pour ce qu’on collectionne. Je voudrais dire que cette passion c’est calmé mais un collectionneur se ment au moins une fois par semaine en se disant qu’il stop les sneakers. J’ai réussi à tourner le dos aux sneakers pendant 4 ans mais l’appel était trop fort pour que je reste loin d’elles. Mais bon à chaque fois que je regardé ma collection, ca me donné envie de m’y remettre. Quand on a une affinité avec n’importe quoi il est toujours difficile de prendre ses distances. Quand après tu te remets à relire l’histoire de certaines paires et qu’on te parle des paires de l’époque et que tu te souviens d’avoir vu jouer tels ou tels joueur avec à un moment tu craques et t’y retourne comme à la guerre. Pour citer ma série préférée: “Une guerre ne se termine jamais.” La passion des sneakers ne se terminera jamais. Elle diminuera surement à un moment ou un autre mais je crois que certains d’entre nous achèteront encore des paires quand on aura 65 ans.

Qu’as tu fais de plus fou pour avoir une paire ?
Je crois pas que j’ai fait quoi ce soit qui puisse être qualifié de fou.

Et si on parlait de resell… Penses-tu qu’il permet quelquefois de mettre la main sur des paires impossibles à avoir chez les distributeurs ou en boutiques ? ou le considères- tu comme néfaste ?
Le resell est un sujet assez difficile je trouve. Y a resell et y a resell. Dès fois cela permet en effet de mettre la main sur des paires plus difficile à avoir. Beaucoup de gens critiquent le resell mais c’est un hustle comme un autre. Je suis peut-être pas le plus grand fan du resell mais je respect le hustle. Bon maintenant y a des reselleurs sympas qui abusent pas avec les prix et avec qui y a moyen de négocier. Mais y a aussi les reselleurs à la mode qui croient qu’ils ont gagné Euro millions en vendant des paires general release à des prix de ouf. Et après t’as ceux qui de temps en temps vendent des modèles limités pour pouvoir s’offrir leur paire. Et ça je peux comprendre. Vu la vitesse à laquelle les releases se succèdent dès fois c’est la solution à fin de pouvoir s’offrir les paires qu’on veut. Considérer le resell en tant que néfaste c’est se mentir à soi même. Le resell est une nécessité je crois de nos jours. Beaucoup ont réussi à avoir leur paire grace au resell. faut pas oublier que pas tout le monde a l’occasion de camper ou d’être présent lors d’une release et à ce moment le resell est la pour t’aider. C’est juste à l’acheteur de trouver le meilleur prix. C’est pour ça que je dis que c’est un hustle. Sauf qu’un reselleur n’est pas sur un coin de rue à vendre ses paires mais derrière son ordinateur ou sa table.

Pourquoi un tel engouement autour de la Sneaker aujourd’hui ? Comment vois-tu le marché actuel de la sneaker ?
Je me pose cette question aussi des fois. Quand je vois des gars de ma génération ou un peu plus jeune qui de nulle part s’affiche en tant que collectionneur ou sneaker addict tandis qu’ils n’ont que des releases de 2012 à maintenant ça me fait rire des fois. Les jeunes c’est une autre histoire. Beaucoup critiquent les jeunes mais pas tous le font parce que c’est devenu la mode de collectionner des sneakers. Certains d’entre eux sont comme nous l’étions y a 20 ans. On a tous commencé avec une paire suivi d’une deuxième et ainsi de suite. Donc critiquer un petit jeune qui n’a que 10 paires sans s’afficher et qui reste humble c’est juste hypocrite. Maintenant le gars qui n’as que 10 paires et qui s’affiche comme le Rick Ross du game il faut pas qu’il vienne pleurer après c’est faire mettre à sa place. Et après il y a ceux qui changent d’avis comme on change de chaussettes. Qui un mois ne veulent que des Jordans, le mois d’après revendent leur Jordans parce que tout à coup ca veut des AM1 et ainsi de suite. Mais je me dis que les stars de la musique et films y sont aussi pour quelque chose.

Es-tu plus sélectif qu’avant ou achètes-tu sur des coups de tête ou des coups de coeur ? Te considères-tu comme un sneaker addict ?
Moi de nos jours une paire il faut qu’elle me fasse un effet de dingue quand je la vois. Si il n’y a pas cet effet la je prend plus. Avant c’était différent, j’acheté tout ce que j’aimé bien mais maintenant je réussi à m’abstenir des fois. Le terme sneaker addict de toute façon j’aime pas trop. Je préfère parler de collectionneur et non d’addict. Le mot addict à une connotation assez négative je trouve. Un addict dans le sens propre du mot passe par une mauvaise période si il n’a pas sa dose tandis que nous si on rate une paire on en souffre pas comme un addict qui essaie d’arrêter la drogue. Et bon un addict est le genre de personne qui vendrait tout pour avoir sa dose. Un passionné de la sneaker n’irait jamais aussi loin qu’a revendre sa télévision ou à dévaliser la maison de ses parents pour avoir de quoi se payer sa dose de sneakers. Pas encore en tout cas. Le terme est effectivement à la mode, une mode qui dure depuis trop longtemps à mon goût. Le terme est utilisé trop facilement. Tout le monde est un addict à en croire les réseaux sociaux. A croire qu’ils ne savent pas ce qu’un addict est. Je me considère pas un addict mais ça faudrait peut-être mieux demander à mon entourage parce que vu certains trucs que j’ai fait pour cacher des paires. Ou me faire livrer des paires en plus des excuses que j’ai balancé aux parents ou à mes ex copines quand je rentrais avec une nouvelle paire on pourrait dire que je suis addict. Mais non je suis pas addict.

Le mot de la fin ?
Il y a trop de cochons dans le sneakergame. (Ceux qui doivent comprendre, comprendront)

Crédit photos: Babylon

S.A

BackToTop
Sneakers Culture by ILL - 2018 - Tous droits réservés - ML -