Band of Brothers Part 61

Dans la rubrique Band of Brothers nous donnons la parole à des amateurs de sneakers, pour cette soixante deuxième interview express, Maxime et Valentin ont des choses à vous dire…

Bonjour Maxime, Valentin présentez vous en quelques mots.
Maxime et Valentin, chasseurs de vintage et fondateurs de Snapster.fr

Parle nous de Snapster.fr , comment t’es venue l’idée de cette marque (genèse, concept, aboutissement…) ?
Il y a plus de 6 ans, on a commencé par collectionner les vestes Starter par nostalgie puis on a fini par en vendre sur le net. On commandait aux USA et pour diminuer les frais de port on en prenait une ou deux pas forcement à notre taille. C’était la période NEW ERA (fitted) mais certains de ceux qui nous achetaient les vestes nous demandaient si on avait pas des casquettes avec des « attaches en plastique » comme dans les années 90. Aux États-Unis, ils appelaient ça des snapbacks. Et snapback/Starter ça a donné Snap-ster. Le bouche à oreille a bien fonctionné et on recevait des dizaines de mails par semaine pour des vestes. On a monté le site de vente en ligne avant la vague des rééditions et par la suite, on a développé nos propres produits. La finalité aujourd’hui c’est de sortir nos propres produits, guidés par notre amour du vintage et faire de Snapster une marque parisienne aux influences hip-hop culture.

Qui sont tes clients ? Qui cibles-tu le plus avec ta marque (les passionnés ? les hypeux ? les nostalgiques ?)
Depuis nos débuts, on touche deux types de personnes : la génération 15-20 ans qui a découvert Starter avec Tyga dans « Cali Love » et les nostalgiques 30-40 ans qui veulent retrouver ce qu’ils avaient ou ont toujours voulu avoir quand ils étaient petits. Mais au final, on se rend compte avec les remises en main propre que tout le monde peut porter une casquette et on peut être surpris par le client…

Quels sont tes produits best seller ?
On a eu une grosse période où les rééditions de snapbacks se vendaient très bien mais en ce moment c’est les vestes et les bonnets, surtout les camos.

Vous êtes pas si nombreux dans ton créneau, est-ce important pour toi de te distinguer de la concurrence ? si oui comment t’y prends-tu ?
Quand on a débuté, ce n’était pas très difficile sachant qu ‘on était les seuls à vendre des snapbacks et qu’il n’y avait que du vintage. La concurrence est arrivé avec les rééditions et la vague de Mitchell and Ness qui a deferlé sur la capitale. On se différencie du coup en gardant une priorité sur le vintage. On aime toujours autant chercher les raretés qu’avant.

Aujourd’hui beaucoup d’amateurs de sneakers assortissent systématiquement un accessoire à leur basket, est-ce que ce phénomène a impacté ton business ?
Beaucoup. Les Chicago Bulls est l’équipe la plus vendue et de très loin et c’est lié à l’explosion des Jordan. Quand la snapback est devenu populaire, les clients nous demandaient une fois sur deux si on ne vendait pas des Jordan. On a pensé à une époque faire dans les sneakers vintage mais on s’est vite rendu compte que c’était pas évident (état, taille, conditionnement) et qu’il y avait des gens bien plus qualifié que nous.

Parlons sneaker, par quel biais es-tu venu à la sneaker (le sport, la curiosité du moment…) ?
C’est depuis qu’on est petit. On a toujours été fascinés pars les baskets. J’avais vu Shaq au zénith en 93 et il avait balancé sa Shaq Attaq I en 57 dans le public. Elle était tombée deux rangs devant moi et je ressens encore de la frustration quand j’y pense. Je me suis vengé dès que j’ai pu financièrement.

Te souviens-tu de ta première paire?
C’était des Jordan VIII aquas. Achetée dans le centre de la France pendant les vacances, aux vendeurs d’ « articles de sports » de la ville . Heureusement, que mon anniversaire n’était pas loin. J’ai du les demander tous les jours pendant 2 semaines…

Selon toi, pourquoi existe t-il un tel engouement autour de la Sneaker aujourd’hui ?
Je pense qu’il y a toujours eu cet engouement. A chaque rentrée scolaire, tout le monde voulait dégainer la paire inédite. Il y en a qui arrivaient avec des Barkley en primaire, des Triax 96 Olympics ou des Uptempo au collège… J’ai le souvenir que c’était le cas à tous les âges. En même temps, la chaussure est un bel objet, un accessoire très personnel et je pense qu’en France, on a une culture du vêtement. Personne ne se moque de ce qu’il a son pied que se soit pour le style et/ou le confort. Les filles sont devenues une cible importante aussi.

Le mot de la fin ?
Soyons raisonnable mais faisons-nous plaisir !

Crédit photos: Babylon
S.A

BackToTop
Sneakers Culture by ILL - 2019 - Tous droits réservés - ML -