Band of Brothers Part 89

Dans la rubrique Band of Brothers nous donnons la parole à des amateurs de sneakers, pour cette quatre vingtième neuvième interview express, Laurent a des choses à vous dire…

Bonjour Laurent, présente toi en quelques mots ?
Je me prénomme Laurent (Lorenzo since 1998), j’ai 41 ans, né à St-Quentin (02). Cela fait 21 ans que ma passion s’allie à mon travail!

Par quel biais es-tu venu à la sneaker (le sport, la curiosité du moment…) ?
Le sport est dominant depuis mes 8 ans (6 années de cyclisme), puis après 1 an sans licence, mon professeur d’EPS me parle de basket-ball, que ma taille, etc … Je signe au SQBB, je n’ai jamais touché un ballon, mais je me rends vite compte qu’un accessoire est primordial, les chaussures. Du coup, ma première année, je passe des CONVERSE CIMARRON au WEAPON et termine avec les ADIDAS STATUS. Quelle révolution technique ces billes au talon, même si en peu de temps elles finissent sur le sol ….. Puis vain ma “vraie” première paire, les AIR JORDAN V Blk/Silver, mais les 897 frs !. Vu le tarif, il n’est pas question d’en changer, et je termine par être obligé de mettre 3 paires chaussettes pour jouer, car le macadam a eu raison d’elle lors de l’été 1991. Les 3 enseignes sport de ma ville (SPORT 2000, ATHLET’S FOOT et INTERSPORT) ne répondent plus à mes attentes et la proximité avec Paris, fait que j’y vais régulièrement. Du coup, je découvre les shops comme EKIVOK, TIKARET, FOOT LOCKER, ALFA NY STORE, DOUBLE SOURCE et TOP BASKET. C’est dans ce dernier où j’ai effectué mon stage de vente en Mai 1993. Entre 1992 et 93, je vais en vacances à Marseille, et découvre le cours Belsunce avec ses nombreux magasins à prix réduits, et je ramène des LA GEAR CATAPULT et MVP (199 frs) pour des copains, et des AJ VII pour moi. Je commence aussi à rachèter des paires portées, je double mes favorites, je découpe les modèles une fois usés, bref je cherche à comprendre … Et me fais mon mur d’exposition dans ma chambre !

Tu sembles brandir comme un trophée une paire de Jordan 1, … As-tu une histoire particulière avec cette paire? Pourquoi ce choix ? Qu’apprécies-tu dans ce modèle ?
Cette paire a effectivement une histoire incroyable. Qui peut raconter que c’est sa maman qui en a fait l’achat ?. Moi je peux le dire aussi surprenant que cela puisse paraître. En Septembre 1993, je suis en vacances à Marseille et je téléphone chez moi pour prendre des nouvelles, et là ma maman me dit que ce matin elle est passée chez SPORT 2000 qui liquide avant fermeture définitive. Elle y a vu 2 paires de JORDAN blanche et bleue avec des ailes sur le côté !!!! Je n’en crois pas mes oreilles et lui demande de prendre les 2 paires, mais je n’aurai que le 8us car le 10 1/2us est déjà vendu …. Quelques années plus tard, un copain de mon quartier me parle d’une paire de JORDAN portée qu’il a dans la cave, et BINGO je récupère celle “râtée” lors de la liquidation !!!…Donc outre le côté épuré, esthétique, rare et tout autre superlatif, c’est la raison pour laquelle j’ai choisis cette paire.

Te souviens-tu de ta première paire?
Ma première paire dont je me souviens parfaitement bien est une Le Coq Sportif VARIOSPEED navy que j’ai eu début 1985, et que j’ai bêtement arraché sur l’avant pied dans un manège de fête foraine en Novembre, la semelle s’étant prise dans l’escalator.

Es-tu un collectionneur ou un passionné ?
Si je me définis comme un maniaco fétichiste qui sent sytématiquement chaque paire, qui aime que le laçage soit bien à plat, qui double pour éviter de salir sa semelle et qui préfère prendre autre chose que son 13 pur éviter de porter son achat te suffit ?….

Pourquoi un tel engouement autour de la Sneaker aujourd’hui ? Comment vois-tu le marché actuel de la sneaker ?
Quel que soit le secteur, les marques surfent sur le “sentimental”, le retour à l’âge “d’insouciance”, retour à la “jeunesse”, etc… La télévision, les réseaux sociaux, etc… font que la sneaker est partout, même les grandes marques de couturiers (DIOR, MARGIELA, etc..) s’y sont mis à reprendre des vieux modèles, comme par exemple la German Army Trainer. C’est un marché qui se porte bien, et je m’en rends compte chaque jour avec mes clients. La sneaker s’est démocratisée, le temps où nous portions qu’ une paire de running, de basket ou de tennis pour pratiquer un sport est révolu. Nous vivons depuis quelques temps ce qui se passe outre-atlantique depuis. Nous sommes en retard, mais il n’y a plus le décalage du passé, où nous disions tout est mieux là-bas! En Europe, nous avons désormais nos exclusivités sur le modèle ou le code couleur. Un simple exemple, la DUNK low ou high de T.P, SMU de chez COURIR s’est très bien vendu sur le net aux US !. Le marché n’est pas près de s’essouffler et ce grâce ou à cause des marques qui visent juste pour les nouveaux consommateurs, et pour les anciens comme les quadragénaires qui n’ont plus la même priorité, et qui chipotent sur le shape, les matéraiux, etc .. j’en fais parti !!!.

Le rétro est à l’honneur chez les marques depuis plus de 10 ans. Que penses-tu de la qualité de ces produits ?
Alors là je ne me fais pas l’avocat du diable, mais je pense que pour des raisons écologiques il n’est plus possible de refaire la même chose que par le passé au niveau des collages, donc la chaussure est moins résistante. De plus des matériaux ne doivent plus exister, c’est fini l’époque de passer du cirage sur le durabuck pour que sa paire de AJ V ou VI, VII soit en cuir. Et sommes-nous réellement concerné par les ré-éditions?, combien de modèles phares à nos yeux ressortent ?. Si je prends l’exemple de la AJVI blk/infra, une différence énorme sur l’infra, mais une très belle réalisation pour la forme et surtout le retour du 3M non présent sur la 2001 !. Je ne suis pas obtu, et comprends les avis de chacun . Et puis les “anciens” représentent combien de part de marché par rapport à la nouvelle génération de consommateur, je rebondis pour répondre à ta question suivante.

Selon ton expérience, pourquoi existe t-il un clivage aussi marqué entre la nouvelle et l’ancienne génération de sneaker addict ou sneakerhead ?
Cette séparation, différenciation est normale. Bon nombre de personnes n’acceptent pas que les “jeunes” bousculent les “anciens”. Ce n’est pas l’élève qui prend la place du professeur. Mais je me rends compte au quotidien, que notre rôle est de redescendre l’information, d’expliquer, d’affirmer pour éduquer sur ce qui s’est fait avant pour qu’il en profite maintenant. C’est sur que d’entendre dire que Le Coq Sportif avec sa ARTHUR ASHE a copié la STAN SMITH c’est dur !. Et quand des personnes qui ont la moitié de mon âge me disent que les prix sont élevés, je leur fais la conversion en Frs, puis leur donne le SMIC de l’époque… bref l’éducaction !

Le mot de la fin ?
Le mot de la fin est du poète et peintre William BLAKE : NO BIRD SOARS TOO HIGH IF HE SOARS WITH IS OWN WINGS !

S.A

BackToTop
Sneakers Culture by ILL - 2019 - Tous droits réservés - ML -