Band of Brothers Part 70

Dans la rubrique Band of Brothers nous donnons la parole à des amateurs de sneakers, pour cette soixante dixième interview express, Marie a des choses à vous dire…

Bonjour Marie, présente toi en quelques mots.
Bonjour, je m’appelle Marie, je vais avoir 25 ans, déprimant. Je vis sur Metz avec ma pote depuis peu, et je suis recruteur-commercial au sein d’une agence intérim. Et, comme diront certaines meufs, j’ai des pieds extensibles niveau taille, mes paires vont du 4,5Y au 6US pour certaines. Du coup c’est pratique pour certains modèles.

Quel a été le facteur déclenchant de la passion pour la kicks?
J’ai grandi dans un village paumé en Moselle, niveau shop c’était pas le top du top. En plus, ma mère était souvent réticente pour m’acheter des paires, j’avais droit au petites robes, frou frou etc. La pratique de la danse classique n’arrangeait pas les choses. Mais j’arrivais quand même à avoir une paire pour chaque rentrée Mais tout ça vient de mon frère avec qui j’ai 11 ans de différence. Il est parti assez tôt de la maison, a bougé pas mal dans la France. Quand il rentrait j’étais collé à lui, c’était mon modèle ( ça l’est toujours d’ailleurs ). Il a toujours porté des kicks, donc pour moi y a pas vraiment de facteur déclenchant mais plutôt une transmission de passion. Quand il me parle des paires qu’il avait étant jeune, je me dis qu’il a de la chance parce que c’est pas les mêmes produits que maintenant.

Tu sembles brandir comme un trophé une paire de Huarache ? As-tu une histoire particulière avec cette paire?
Cette Hua’, c’est mon « graal » clairement. Mon frère l’avait, j’ai du la voir sur quelques photos en fait, et c’était le gros coup de coeur. Alors c’est pas une histoire particulière mais surtout mon plus gros coup de coeur que j’ai eu devant une paire. Le design, la couleur j’ai tout kiffé direct. Quand j’ai commencé à m’acheter des paires, je me suis mise à la chercher mais bon niveau prix …. C’était totalement hors budget. Au bout de 3/4 mois, j’ai lâché l’affaire, dégoûtée de pas l’avoir. Y a une chanson de Naak Mendosa ( « Respire » ) qui me déprimait dès que je l’écoutais vu qu’il parle d’une Huarache dedans. Ça me rappelait que je ne l’avais toujours pas en ma possession à chaque écoute. Pour cette paire, je ne peux que remercier Caroline P. qui vendait la sienne lors du premier sneaker évent de Paris. Maintenant, j’ai tellement peur de la porter, que c’est mon « trophée » exposé dans le salon au grand damne Lisa, ma coloc, et, intouchable pour ceux qui viennent chez moi d’ailleurs.

Te souviens-tu de ta première paire?
Ma première paire, oui je m’en souviens comme si c’était hier. L’été 98, mes premières vacances avec ma famille en Sardaigne. Ma marraine me propose de faire les boutiques, on a fini chez Nike, j’avais déjà en tête d’acheter un jogging et des baskets. J’ai flash sur une paire de cortez en cuir blanc avec le swoosh orange. Elle m’a fait rêvé, je l’ai rocké à fond mais je crois que je l’ai encore chez mes parents. J’étais trop fière d’avoir cette paire aux pieds. J’ai cherché une Cortez pendant un an et demi, impossible à en trouver une similaire. Et pourtant j’ai soulé tous les shops de Metz pour qu’il m’en commande une MDR ! Il y a 3 semaines j’ai trouvé mon bonheur dans le factory du coin (impensable), le bonheur à mes pieds, même si ce n’est pas le même coloris, j’ai enfin cette Cortez dans ma collection !

Qu’est-ce qu’une sneaker pour toi? Un objet utilitaire, du design populaire ou un accessoire de mode qui te confère un style?
Pour moi, la sneaker c’est mon style, ça fait parti de mon quotidien, de ma vie donc ça regroupe un peu tout ça. Si je n’ai pas de sneaker au pied, c’est que je suis malade. Je n’en porte plus tous les jours, car mon boulot ne me le permet pas. Il y a encore certaines personnes qui ne sont pas super ouvert au niveau style vestimentaire. Dommage Pour le reste, c’est un gros phénomène de mode car les mecs qui avant n’en auraient pas porté sont à la recherche des modèles que portent Kanye West ou autres rappeurs influents du moment. C’est la même chose pour les filles. Mais en général, quand t’annonce un prix à ces personnes souvent ils hallucinent.

Que pense-tu de la mode des sneakers à semelles compensées?
Je n’en suis pas une adepte. J’ai une paire ( la révo sky high London ), la seule que j’ai trouvé confortable en fait. J’ai eu la Dunk sky high BHM, impossible de la rocker sans avoir mal aux pieds. Sinon, les marques telles qu’Isabelle Marrant, Sérafini, je n’en achète pas en n’en porterais car ça ne me correspond pas du tout même s’ils font de beaux modèles. Trop féminin pour moi on va dire Mdr ! Comme pour le reste, c’est un effet de mode qui s’estompera bientôt, du moins je l’espère.. L’engouement de la kicks oblige un peu les magazines à en parler, à faire des modèles féminins, pour tous les jours. Il crée avec ces modèles un sentiment de besoin totalement ouf d’ailleurs.

Trouves-tu l’offre suffisante en matière de sneakers pour femmes, les marques font elles assez d’effort pour séduire la gente féminine?
L’offre pour une fille comme moi, n’est pas suffisante. Ou dois-je remettre ma croissance en cause? Plus sérieusement, pour mon style, je trouve que l’offre ne me correspond pas. Je bave devant certains modèles pour homme, et c’est totalement injuste ce sentiment de frustration quand je vois certaines sorties que je ne peux avoir tout ça parce que ça commence au 7US. Après pour les nanas qui consomment à proprement parlé la sneaker, oui l’offre est largement suffisante. Niveau coloris, modèles y’a largement le choix. On ne parlera pas des coloris, certains sont vraiment catastrophiques quand j’y pense ! Mais toutes les filles se retrouvent à porter la même chose. On peut le constater avec les sky high chez Nike, les Isabel Marrant, Sérafini, Ash sûrement d’autres marques encore mais je ne m’y intéresse ni de près ou de loin.

Le mot de la fin ???
« Nike a pété tout mon SMIC » comme dirait 3010. Nan franchement, j’ai rencontré des gens vraiment au top, que ça soit Lille, Paris, Bordeaux, et le reste on a pas tous la même façon de vivre, mais tous la même passion. Ça crée forcément des liens. Ensuite, porter les paires, et kiffer ce moment quand on matte vos pieds Il faut porter ce qu’on aime, et pas ce qui est à la mode.

Crédit photos: Babylon

S.A

BackToTop
Sneakers Culture by ILL - 2018 - Tous droits réservés - ML -